Blog Incontinence L’incontinence urinaire ou fuite involontaire d’urine
incontinence

L’incontinence urinaire ou fuite involontaire d’urine

Conséquense, Enfant, Enurésie, Fuites urinaires, Incontinence chez l'enfant, Incontinence féminine, Incontinence masculine, Incontinence personne âgée, Incontinence urinaire, Propreté Pas de commentaires »

fuites urinaires

Les symptômes du bas appareil urinaire sont divisés en 3 groupes :

  • les symptômes de la phase de remplissage,
  • les symptômes de la phase mictionnelle,
  • les symptômes de la phase post-mictionnelle.

L’un des symptômes de la phase de remplissage est l’incontinence urinaire ou la fuite involontaire d’urine.

L’incontinence urinaire est une perte involontaire d’urine. La personne pert le contrôle sur ses fonctions urinaires, ce qui provoque des fuites d’urine.
La définition de l’incontinence urinaire reconnue internationalement est «Toute perte involontaire d’urine».

Il existe de nombreux types d’incontinence urinaire provoquant des fuites urinaires involontaires, dont les principaux sont :

  • L’incontinence urinaire d’effort, qui se produit alors qu’aucun besoin ne se faisait ressentir auparavant, et ce lors d’un effort : port de charge plus ou moins lourde, course, marche, toux, rire, changement de position …
  • L’incontinence urinaire par impériosité, appelée aussi hyperactivité vésicale, instabilité vésicale, vessie hyperactive, urgence mictionnelle ou urgenturie. L’incontinence urinaire par impériosité est la perte involontaire et incontrôlable d’urine précédée par un besoin urgent et irrépressible d’uriner.
  • L’incontinence urinaire mixte, qui est l’association de l’incontinence urinaire d’effort et de l’incontinence urinaire par impériosité. La personne a des épisodes de fuites urinaires lors d’un effort, elle est également sujette à des besoins impérieux d’uriner.
  • L’incontinence urinaire par regorgement, qui se manifeste par des fuites constantes sans besoin d’uriner, les jets d’urine sont lents, la personne éprouve la nécessité de pousser pour uriner et a l’impression de ne pas bien vider sa vessie.
  • L’énurésie, qui est l’émission involontaire d’urine chez l’enfant à l’âge où il devrait avoir acquis la continence ou la « propreté » (à partir de 5 / 6 ans), pendant son sommeil, en principe la nuit.

L’incontinence urinaire d’effort chez la femme

Enquête, Etude, Fuites urinaires, Incontinence féminine, Incontinence urinaire Pas de commentaires »

incontinence urinaire d'effort de la femme

L’incontinence urinaire, qui touche le plus les femmes, est l’incontinence urinaire d’effort.

A l’échelle mondiale :

  • 1 femme sur 7 est touchée par l’incontinence urinaire d’effort.
  • 1 femme sur 2, atteintes d’incontinence urinaire, est touchée par une incontinence urinaire d’effort ; alors que près de 2 sur 5 présentent des symptômes d’incontinence urinaire par impériosité et 1 sur 3 d’incontinence urinaire mixte.
  • L’incontinence urinaire d’effort affecte plus les femmes jeunes et les femmes de moins de 55 ans que les autres types d’incontinence urinaire.
  • 1 femme sur 2, touchées par une incontinence urinaire d’effort, ne consulte pas de médecin pour cette atteinte.
  • La plupart des femmes, souffrant d’incontinence urinaire d’effort, hésitent à se confier à leur conjoint ou leurs amies car elles ressentent de l’embarras et de la gêne. Alors que cette incontinence peut avoit des répercussions importantes sur la qualité de leur vie, provoquant gêne, isolement social et solitude, détresse psychologique.

Incontinence urinaire : les symptômes de la phase de remplissage

Enfant, Enurésie, Fuites urinaires, Incontinence chez l'enfant, Incontinence féminine, Incontinence masculine, Incontinence personne âgée, Incontinence urinaire Pas de commentaires »

appareil urinaire

Les symptômes du bas appareil urinaire sont divisés en 3 groupes :

  • les symptômes de la phase de remplissage,
  • les symptômes de la phase mictionnelle,
  • les symptômes de la phase post-mictionnelle.

Nous vous présenterons aujourd’hui les symptômes de la phase de remplissage.

  • Incontinence urinaire : fuite involontaire d’urine.
  • Enurésie : miction involontaire. À distinguer du terme d’énurésie nocturne qui qualifie l’énurésie lorsqu’elle se manifeste pendant le sommeil.
  • Enurésie nocturne : miction involontaire lorsqu’elle survient durant le sommeil.
  • Incontinence urinaire à l’effort : fuite involontaire d’urine lors d’un effort physique, de la toux ou des éternuements.
  • Urgence mictionnelle (urgenturie) : désir soudain, impérieux et fréquemment irrépressible d’uriner.
  • Incontinence urinaire par urgenturie ou par urgence mictionnelle ou par impériosité : fuite involontaire d’urine accompagnée ou immédiatement précédée d’urgenturie.
  • Nycturie : besoin d’uriner réveillant le patient. La nycturie doit être différentiée de la « fréquence mictionelle nocturne» .
  • Fréquence mictionelle nocturne : correspond à la totalité des mictions nocturnes à partir du moment où la personne se couche mais sans tenir compte de la notion de réveil. Le terme pollakiurie nocturne introduit la notion de fréquence mictionelle nocturne augmentée au-delà d’un seuil défini comme pathologique ou suffisamment élevée pour affecter la qualité de vie du patient.
  • Incontinence urinaire mixte : fuite involontaire d’urine associée à une urgenturie avec également fuites involontaires d’urine lors des exercices physiques, toux ou éternuements.
  • Incontinence permanente : fuite d’urine permanente.
  • Autres types d’incontinence : ils peuvent être ciconstanciels, par exemple durant un rapport sexuel, à l’orgasme, ou lors d’un fou rire.
  • Sensibilité vésicale :

- Normale : la personne décrit un besoin d’uriner progressivement croissant jusqu’à obtenir un besoin pressant.

- Augmentée : la personne décrit un besoin d’uriner très précoce et persistant.

- Réduite : la personne ressent l’augmentation du volume vésical mais ne ressent pas le besoin d’uriner.

- Absente : la personne ne ressent aucune sensation ni d’augmentation du volume vésical ni d’envie d’uriner.

Sources : ICS (International Continence Society)

Comprendre l’incontinence un livre du Professeur Linda Cardozo

Cause, Conséquense, Fuites urinaires, Grossesse, Incontinence féminine, Incontinence masculine, Incontinence urinaire, Livre, Prévention, Solution Pas de commentaires »

comprendre l'incontinence

Résumé du livre :

Ceux qui font face à des problèmes de santé et/ou qui doivent prendre des décisions concernant le traitement d’une maladie ont besoin de renseignements pertinents, fournis par des spécialistes.
La collection Médecine Familiale représente une source d’information essentielle pour tous ceux qui désirent avoir l’heure juste. Remplis de données factuelles, à la fine pointe de la science, les livres de la collection peuvent vous éclairer et répondre à vos questions dans un langage simple. Écrits par des spécialistes en la matière, les livres de la collection vous fourniront :

  • des explications simples et concises sur les causes du problème.
  • une liste des symptômes habituels et des faits pertinents.
  • les facteurs qui peuvent contribuer à l’aggravation ou au soulagement possible de la maladie.
  • les traitements disponibles et les traitements les plus efficaces.
  • les méthodes de contrôle et les développements médicaux les plus actuels.
  • des tableaux statistiques et des illustrations couleur pour faciliter votre compréhension.

Ecrits par des spécialistes et mis à jour ponctuellement, les livres de la collection Médecine Familiale peuvent répondre à vos questions et éclairer vos choix de traitements.

Sommaire du livre :

  • Définition de l’incontinence urinaire
  • Fonctionnement de la vessie
  • Pourquoi l’incontinence urinaire touche-t-elle surtout les femmes ?
  • Cerner le problème
  • Incontinence urinaire d’effort
  • Incontinence urinaire par miction impérieuse
  • Difficultés à vider la vessie
  • Infections urinaires
  • Autres problèmes associés à l’incontinence urinaire
  • Gestion du problème : Produits et accessoires
  • Choisir le meilleur traitement

Editeur : Modus Vivendi
Auteurs : L. Cardozo et Docteur Philip Toozs-Hobson
Collection : Médecine familiale
Date de parution : 19/03/2008

L’auteur :

Madame Linda Cardozo, professeur en urogynécologie œuvrant au Kings’College hospital, en Angleterre, possède 20 ans d’expérience en recherche médicale.
La clinique qu’elle a mise au point en 1979 est maintenant réputée à l’échelle mondiale, surtout pour l’analyse et le traitement de toute les facettes de l’incontinence urinaire féminine.

De nouvelles causes à l’incontinence urinaire des plus âgées

Actualité, Cause, Conséquense, Etude, Fuites urinaires, Incontinence féminine, Incontinence personne âgée, Incontinence urinaire, Rapport, Vieillissement Pas de commentaires »

chantal_dumoulin
Chantal Dumoulin

(physiothérapeute, chercheure et professeure adjointe à l’école de réadaptation

de la faculté de médecine de l’université de Montréal)

Après la ménopause le femmes peuvent être atteintes d’incontinence urinaire à causes de problèmes musculaires du plancher pelvien. Chantal Dumoulin vient de présenter la conclusion de ses recherches lors du 78ème congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas) à Montréal. Et elle y a révélé que des troubles cognitifs et l’affaiblissement des muscles des membres inférieures pourraient aussi être en cause lors de l’incontinence urinaire féminine des plus de 60 ans.

Trois études distinctes, de l’équipe de Chantal Dumoulin, ont concluent qu’il y avait une liaison entre l’incontinence urinaire mixte des personnes âgées et les problèmes du plancher pelvien, certains troubles cognitifs et des problèmes d’équilibre, de force et de posture dux à un affaiblissement des mulcles des membres inférieurs.

La première étude a recherché une association possible entre l’incontinence urinaire mixte (incontinence urinaire d’effort plus incontinence urinaire par impériosité) et le dysfonctionnement des muscles pelviens. Ce problème est plus fréquent chez la jeune femme, plus particulièrement à la suite d’un accouchement. L’étude a été menée sur 89 femmes de plus de 60 ans, 23 n’ayant pas souffert d’incontinence urinaire lors de l’année précédant l’étude, et 66 femmes atteintes d’incontinence urinaire mixte. Les recherches ont révélé des anomalies des muscles du plancher pelvien chez les personnes qui étaient incontinentes urinaires, les résultats étant comparables à ceux des femmes plus jeunes.

La deuxième étude a recherché la relation possible entre l’importance de l’incontinence urinaire, l’équilibre et la force des membres inférieurs. Il a été présenté un questionnaire à plus de 100 femmes souffrant d’incontinence urinaire, de plus celles-ci ont participé à des tests physiques comportant des flexions de jambes et des exercices d’équilibre. L’échec à ces exerces a prouvé que la faiblesse musculaire des membres inférieurs handicape principalement les personnes agées incontinentes, particulièrement les plus de 70 ans.

La troisième étude a recherché si les femmes âgées souffrant d’incontinence urinaire mixte avaient également un trouble des facultés cognitives. 115 femmes ont participé à cette étude, 83 d’entre elles souffraient d’incontinence urinaire mixte, les 32 autres étaient continentes. Les résultats ont mis en évidence que le déclin des facultés cognitives, particulièrement des fonctions exécutives, est également existant dans les cas d’incontinence urinaire. Ces tests ont surtout mix en évidence une difficulté pour ces femmes à exécuter deux tâches en même temps.

L’équipe de Chantal Dumoulin élabore actuellement des exercices spécialisés, et adaptés, visant à améliorer la force physique et la cognition des femmes incontinentes.

Incontinence urinaire de la femme : entretien avec le Professeur François Haab

Chirurgie de l'incontinence, Fuites urinaires, Grossesse, Incontinence féminine, Incontinence urinaire, Intervention chirurgicale, Prévention, Rééducation périnéale, Traitement médicamenteux Pas de commentaires »

Quelle est la différence entre les fuites urinaires et l’incontinence urinaire ?

A partir de quand parle-t-on d’incontinence urinaire ?

Quel pourcentage des femmes a des fuites d’urines ? Quel pourcentage en souffre ?

A partir de quel âge peut-on être incontinente urinaire ou avoir des fuites d’urine ?

Les fuites urinaires et l’incontinence urinaire sont-elles une fatalité à la ménopause ?

A partir de quand doit-on parler de son incontinence et à quel médecin faut-il en parler ?

Quels sont les plus grands types d’incontinence urinaire ?

Quels sont les examens qui permettent de déterminer le type d’incontinence urinaire dont on souffre ?

Quelles sont les solutions à l’incontinence urinaire et aux fuites urinaires ? Rééducation, médicaments, chirurgie, solutions palliatives absorbantes.

Le Professeur François Haab, Chef de service d’Urologie de l’hôpital Tenon, répond à toutes ces questions dans cet interview :

Les fuites urinaires de la femme

Fuites urinaires, Incontinence féminine, Incontinence urinaire Pas de commentaires »
les fuites urinaires de la femme
De nombreuses femmes souffrent de fuites urinaires plus ou moins importantes. Ces fuites ont un retentissement sur leur état physique mais également émotionnel, psychologique, ainsi que sur leur vie sociale.
La plupart du temps les femmes ont des fuites urinaires qui se produisent lors d’un effort : sport, port d’une charge lourde, … ou tout simplement fou rire, toux, éternuement, … Lorsque ces fuites ne sont qu’occasionnelles, généralement, les femmes gèrent et n’éprouvent pas trop de gêne, mais dès que cette incontinence urinaire d’effort intervient plus régulièrement et dans des situations de la vie quotidienne : porter son bébé, marcher, changer de position, … la femme va devoir constamment esssayer de contrôler son périnée. Un grand pourcentage de femmes va changer ses habitudes, en particulier réduire son activité physique, dès lors que les fuites deviennent plus importantes et/ou régulières.
L’autre type, de fuites urinaires, se manifeste sous forme d’envies extrêmement urgentes et difficilement contrôlables. Les femmes atteintes par ce type de fuites seraient bien plus perturbées que celles souffrant de fuites à l’effort, car elles peuvent survenir à tout moment sans qu’un besoin d’uriner ait été ressenti auparavant. La femme touchée par une incontinence urinaire par impériosité devient soucieuse et constamment préoccupée à l’idée d’avoir des fuites, souvent elle boit de moins en moins, écarte des invitations chez des amis, s’interdit les sorties et déplacement loin d’un lieu dépourvu de toilettes, …
Les fuites urinaires ont donc des conséquences néfastes sur la vie quotidienne et sociale, et ainsi sur le moral des femmes qui en sont atteintes. De nos jours il existe des protections pour incontinence, particulièrement adaptées à tous les types de fuites urinaires de la femme, qui lui permettront de se protéger de manière discrète tout au long de leur rééducation et/ou traitement.

Que savez-vous de la prostate ?

Anatomie, Incontinence masculine, Incontinence urinaire, Vieillissement Pas de commentaires »

On dit souvent que les femmes ne connaissent pas bien leur anatomie, mais les hommes connaissent-ils bien la leur ?

Ce petit micro-trottoir, réalisé en 2008, vous permettra peut-être de répondre à la question.

A quoi sert la prostate ?

Où est-elle située ?

La prostate est une glande sexuelle masculine, elle est située sous la vessie et en avant du rectum. Elle entoure le canal de l’urèthre et participe à la fabrication et à l’expulsion du sperme.

Mais savez-vous qu’à partir de 40 ans, l’homme est parfois touché par une affection bénigne : l’hypertrophie bénigne de la prostate ou HBP ou l’adénome de la prostate. Il ne s’agit pas d’une maladie mais d’une situation normale pour environ 50 % des hommes. Le tissu glandulaire qui compose la prostate, augmente de volume, particulièrement dans la zone autour de l’urètre. L’urètre se trouve progressivement comprimé ce qui provoque une difficulté croissante pour uriner. L’adénome de la prostate, même si cela n’est pas automatique, peut entraîner des troubles urinaires. L’HBP peut provoquer différentes sortes d’incontinence : une incontinence urinaire par impériosité, une incontinence urinaire par regorgement ou une incontinence urinaire à l’effort.

L’incontinence urinaire masculine

Cause, Conséquense, Handicap, Incontinence masculine, Incontinence urinaire, Intervention chirurgicale, Solution Pas de commentaires »

Des dizaines de milliers d’hommes en France souffrent d’incontinence à la suite d’une grave maladie.

L’un d’eux accepte de témoigner, après à un cancer de la vessie il a subit une opération, depuis il a des problèmes d’incontinence. Son urologue lui a proposé une solution qu’il a adoptée depuis plusieurs années, pour vaincre cette incontinence urinaire et pouvoir vivre librement.

Le Professeur Emmanuel Chartier-Kastler urologue à la Pitié-Salpêtrière, déclare que, la cause d’incontinence que les médecins sont amenés à traiter le plus souvent est une incontinence après un cancer de la prostate. Mais une incontinence peut survenir également après radiothérapie ou après curiethérapie*, sans oublier les cas d’incontinence urinaire liées aux maladies neurologiques (Accidents Vasculaires Cérébraux AVC, maladie de Parkinson, …). On en parle moins souvent, mais les personnes paraplégiques et tétraplégiques (les 3/4 sont des hommes) sont gênées par une incontinence urinaire et par des problèmes d’appareillage ; la plupart ne pourront pas avoir une continence parfaite ou auront une continence grâce à un appareillage qui est l’étui pénien.

Lorsqu’un homme consulte pour une incontinence urinaire, le médecin va l’interroger pour trouver le type d’incontinence dont il souffre :

  • Un défaut de muscles entraînera une incontinence urinaire d’effort,
  • Si la vessie se contract de façon anarchique le type d’incontinence sera par impériosité appelée également urgenturie ;

puis, tout en recherchant le traitement efficace à la cause de l’incontinence, il faudra lui proposer un appareillage qui lui permettra de retrouver une vie sociale.

* La curiethérapie est une radiothérapie particulière qui se pratique en introduisant directement la source d’irradiation au contact de la tumeur au moyen d’une aiguille très fine.

Le témoignage d’un utilisateur d’étuis péniens et de poches à urines, ainsi que celui du Professeur Emmanuel Chartier-Kastler, vous sont proposés dans la vidéo suivante :

Conseils pour limiter les fuites urinaires chez la femme

Cause, Conséquense, Incontinence féminine, Incontinence urinaire, Prévention, Solution Pas de commentaires »

limiter les fuites urinaires

La femme est la plus touchée par les fuites urinaires et l’incontinence urinaire, et ce à tous les âges de la vie. Nous vous prosons quelques conseils afin de limiter ces fuites urinaires.

  • Pour limiter les fuites urinaires : pratiquez une activité physique
    L’activité physique est importante afin de renforcer tous les muscles, plus particulièrement ceux du plancher pelvien, mais il faut être vigilante en consultant son médecin avant le début de toute activité, apprendre à renforcer son périnée avant de travailler ses abdominaux, éviter tous les sports qui exercent une pression trop importante sur la vessie (gymnastique sportive, sports de saut, …) et pourraient à la longue être responsables de fuites d’urine.
  • Pour limiter les fuites urinaires : évitez le surpoids
    Un poids trop important risque à la longue d’affaiblir le plancher pelvien et d’exercer une pression sur la vessie ce qui finirait par entraîner des fuites et/ou aggraver une incontinence urinaire.
  • Pour limiter les fuites urinaires : évitez le tabac
    Le tabac, de même que l’alcool et les boissons gazeuses et/ou à base de caféine, irrite la vessie et ainsi peut être la cause d’une incontinence urinaire par impériosité. De plus le tabac déclenche une toux, qui peut devenir chronique et amener une incontinence urinaire d’effort.
  • Pour limiter les fuites urinaires : éviter la constipation
    Lorsque l’on est constipée il faut exercer des poussées plus importantes pour aller à la selle, à la longue on affaiblit son plancher pelvien et l’on est plus sujette à l’incontinence urinaire d’effort. De plus le rectum se trouve derrière la vessie et les selles, qui y sont accumulées, peuvent exercer une pression sur celle-ci.
  • Pour limiter les fuites urinaires : prévenez les infections urinaires
    Une infection urinaire peut être la cause d’une inflammation de la vessie et par conséquent entraîner une incontinence urinaire par impériosité. Si vous êtes sujette aux infections urinaires demander conseil à votre médecin et n’oubliez pas de boire régulièrement de l’eau (lire : Boire différemment pour diminuer les risques d’incontinence).