Blog Incontinence L’incontinence urinaire ou fuite involontaire d’urine
incontinence

L’incontinence urinaire ou fuite involontaire d’urine

Conséquense, Enfant, Enurésie, Fuites urinaires, Incontinence chez l'enfant, Incontinence féminine, Incontinence masculine, Incontinence personne âgée, Incontinence urinaire, Propreté Pas de commentaires »

fuites urinaires

Les symptômes du bas appareil urinaire sont divisés en 3 groupes :

  • les symptômes de la phase de remplissage,
  • les symptômes de la phase mictionnelle,
  • les symptômes de la phase post-mictionnelle.

L’un des symptômes de la phase de remplissage est l’incontinence urinaire ou la fuite involontaire d’urine.

L’incontinence urinaire est une perte involontaire d’urine. La personne pert le contrôle sur ses fonctions urinaires, ce qui provoque des fuites d’urine.
La définition de l’incontinence urinaire reconnue internationalement est «Toute perte involontaire d’urine».

Il existe de nombreux types d’incontinence urinaire provoquant des fuites urinaires involontaires, dont les principaux sont :

  • L’incontinence urinaire d’effort, qui se produit alors qu’aucun besoin ne se faisait ressentir auparavant, et ce lors d’un effort : port de charge plus ou moins lourde, course, marche, toux, rire, changement de position …
  • L’incontinence urinaire par impériosité, appelée aussi hyperactivité vésicale, instabilité vésicale, vessie hyperactive, urgence mictionnelle ou urgenturie. L’incontinence urinaire par impériosité est la perte involontaire et incontrôlable d’urine précédée par un besoin urgent et irrépressible d’uriner.
  • L’incontinence urinaire mixte, qui est l’association de l’incontinence urinaire d’effort et de l’incontinence urinaire par impériosité. La personne a des épisodes de fuites urinaires lors d’un effort, elle est également sujette à des besoins impérieux d’uriner.
  • L’incontinence urinaire par regorgement, qui se manifeste par des fuites constantes sans besoin d’uriner, les jets d’urine sont lents, la personne éprouve la nécessité de pousser pour uriner et a l’impression de ne pas bien vider sa vessie.
  • L’énurésie, qui est l’émission involontaire d’urine chez l’enfant à l’âge où il devrait avoir acquis la continence ou la « propreté » (à partir de 5 / 6 ans), pendant son sommeil, en principe la nuit.

Incontinence urinaire chez l’homme non opéré

Cause, Conséquense, Fuites urinaires, Incontinence masculine, Incontinence personne âgée, Incontinence urinaire, Vieillissement Pas de commentaires »

types-incontinence-homme

L’incontinence urinaire est moins fréquente chez l’homme que chez la femme, mais elle existe bien. Peut-être parce qu’elle est plus rare, les hommes l’acceptent moins bien, surtout sur le plan psychologique.

L’incontinence urinaire masculine apparaît généralement après une chirurgie de la prostate ou de la vessie.

Les types d’incontinence urinaire masculine, qui surviennent indépendamment d’une intervention chirurgicale, sont :

  • l’incontinence urinaire par regorgement,
  • l’incontinence urinaire postmictionnelle.

L’incontinence urinaire par regorgement :

L’incontinence urinaire par regorgement se traduit par une vidange involontaire de la vessie. La cause en est une rétention chronique de l’urine, la vessie est constamment pleine et finit par déborder. L’incontinence par regorgement se manifeste par des fuites urinaires nocturnes (la nuit la personne ne retient plus consciemment sa vessie) et peut devenir permanente. L’origine en est souvent une affection de la prostate.

L’incontinence postmictionnelle :

L’incontinence urinaire postmictionnelle ou gouttes retardataires se manifeste par l’émission, quelques instants après la miction, d’une petite quantité d’urine. L’écoulement d’urine peut se manifester : sous forme de goutte à goutte, en principe lorsqu’il est resté un peu d’urine dans l’urètre ; parfois sous forme de jet, chez un homme âgé atteint par une affection de la prostate.

Incontinence urinaire chez une personne atteinte de Spina Bifida

Cause, Conséquense, Enfant, Fuites urinaires, Handicap, Incontinence chez l'enfant, Incontinence urinaire, Prévention, Spina bifida Pas de commentaires »

incontinence urinaire chez une personne atteinte de Spina Bifida

Les troubles urinaires d’une personne atteinte de Spina Bifida sont nommés vessie neurologique, car il y a un problème au niveau nerveux. Ces troubles sont réellement avérés après l’âge normal d’acquisition de la « propreté» .

Dans le cas d’un Spina Bifida la vessie subit des variations anormales de volume, elle est dite neurologique car il n’y a pas de réflexe. Ce problème peut entraîner des risques de résidu dans la vessie, d’infection, de fibrose vésicale, mais également d’insuffisance rénale.

Le contrôle vésical est perturbé car il y a des troubles neurologiques au niveau des commandes du détrusor (muscle de la vessie) ainsi que du sphincter de la vessie.

Les risques d’incontinence urinaire peuvent être de deux types :

  • La vessie se contracte de manière anarchique, elle est dit hyperactive :
  1. le sphincter est faible, il y aura alors des fuites urinaires à chaque contraction de la vessie,
  2. le sphincter est plus résistant, la vessie se vide lors des pressions importantes de manière incomplète.
  • La vessie ne peut pas se contracter, elle est hypoactive :
  1. le sphincter est faible, l’écoulement d’urine est permanent,
  2. le sphincter est plus résistant, l’urine s’accumule dans la vessie, il y a rétention ; lorsqu’il y a trop plein l’urine s’écoule goutte à goutte, il y a incontinence par regorgement.

Afin de déterminer le type d’incontinence urinaire, dont la personne atteinte de Spina Bifida peut être atteinte, il est nécessaire de mener une surveillance radiologique et urodynamique.

    Que savez-vous de la prostate ?

    Anatomie, Incontinence masculine, Incontinence urinaire, Vieillissement Pas de commentaires »

    On dit souvent que les femmes ne connaissent pas bien leur anatomie, mais les hommes connaissent-ils bien la leur ?

    Ce petit micro-trottoir, réalisé en 2008, vous permettra peut-être de répondre à la question.

    A quoi sert la prostate ?

    Où est-elle située ?

    La prostate est une glande sexuelle masculine, elle est située sous la vessie et en avant du rectum. Elle entoure le canal de l’urèthre et participe à la fabrication et à l’expulsion du sperme.

    Mais savez-vous qu’à partir de 40 ans, l’homme est parfois touché par une affection bénigne : l’hypertrophie bénigne de la prostate ou HBP ou l’adénome de la prostate. Il ne s’agit pas d’une maladie mais d’une situation normale pour environ 50 % des hommes. Le tissu glandulaire qui compose la prostate, augmente de volume, particulièrement dans la zone autour de l’urètre. L’urètre se trouve progressivement comprimé ce qui provoque une difficulté croissante pour uriner. L’adénome de la prostate, même si cela n’est pas automatique, peut entraîner des troubles urinaires. L’HBP peut provoquer différentes sortes d’incontinence : une incontinence urinaire par impériosité, une incontinence urinaire par regorgement ou une incontinence urinaire à l’effort.

    L’incontinence urinaire chez l’homme

    Cause, Conséquense, Incontinence masculine, Incontinence urinaire Pas de commentaires »

    incontinence masculine

    L’incontinence urinaire augmente avec l’âge chez l’homme. Malgré son système de continence plus développé que chez la femme, à partir de 40 ans des problèmes urinaires, liés à un adénome de la prostate, peuvent l’affecter.

    L’incontinence urinaire par regorgement, ou par trop plein, est le type d’incontinence qui touche le plus souvent les hommes. Elle se manifeste par un écoulement quasi continu d’urine, dans la majorité des cas un adénome comprime l’urètre, la vessie est trop rempli l’urine doit franchir l’obstacle, la personne ressent la nécessité de pousser pour uriner, le jet est faible, les mictions rallongées, parfois la vessie déborde et l’urine s’écoule en forçant sur l’étranglement prostatique.

    Plus d’1 millions d’hommes seraient touchés, en France, par l’incontinence urinaire. Les risques seraient de 3 à 5 % chez ceux de plus de 45 ans, et dépasseraient les 30 % chez les hommes de plus de 90 ans.