journée européenne de l'obésité

Samedi 22 mai 2010 aura lieu la 1ère Journée Européenne de l’Obésité. Pour la première fois la France participera à cette journée, ainsi qu’aux actions menées qui seront centrées, cette année, sur le dépistage de l’Obésite.

Initiée par le Professeur David Haslam (Président et Directeur d’hôpital, RU, National Obesity Forum) et Jean-Paul Allonsius (Président et Fondateur de l’Association belge de patients obèses), la Journée Européenne de l’Obésité a été créée grâce à l’ancien MPE et Vice-président de la Commission de l’environnement du Parlement européen, Magor Csibi, à l’occasion d’une conférence de presse au Parlement européen du 15 avril 2009.

Soutenue par des groupes professionnels et médicaux d’Europe, cette journée est consacrée à la lutte contre l’obésité. Elle doit réunir chaque année les communautés médicales et politiques et le grand public afin d’encourager les citoyens européens, présentant un surpoids ou une obésité, à retrouver un poids sain et à le stabiliser pour améliorer leur état de santé et leur qualité de vie.

Aujourd’hui et demain, de nombreux établissements de soins, les pédiatres, certaines pharmacies et mairies proposent un dépistage gratuit de l’obésité grâce au calcul de l’Indice de Masse Corporelle (IMC). Certains centres proposeront aussi un dépistage des maladies associées à l’obésité, comme le diabète, l’hypertension et l’insuffisance respiratoire, et également une consultation spécialisée avec une diététicienne, un psychologue ou un médecin nutritionniste.

Calcule d»  l’IMC d’un adulte :

  • IMC = votre poids en (kg) divisé par votre taille au carré en (m2)
  • Exemple : une personne qui pèse 52 kg et mesure 1,65 m, a un IMC = 52/2,7225 (1,65 x 1,65) = 19,10
  • On sait qu’une perte de 5 à 10% de la masse corporelle peut améliorer significativement l’état de santé d’une personne.

    Des études ont montré que l’obésité peut augmenter, ou être à l’origine, de maladies métaboliques comme le diabète et la goutte, d’infarctus ou d’AVC, de certains cancers et d’incontinence urinaire. Le surpoids ou l’obésité favorisent la pression intra-abdominale, donc la pression sur la vessie et l’altération des muscles du plancher pelvien. En 2003, une étude anglaise a révélé que l’obésité augmente les risques d’incontinence urinaire par six. Par contre, la perte de poids s’accompagne d’une réduction de la pression abdominale et donc, d’une diminution des épisodes d’incontinence.