Bienvenue sur 123 Incontinence, le spécialiste de l'incontinence.

Incontinence et ménopause

Incontinence et ménopause

La ménopause, appelée autrefois «retour d’âge» ou «âge critique», n'est ni un dysfonctionnement d'organe, ni une maladie, mais un phénomène physiologique normal.

Mais que se passe-t-il à la ménopause ?

A la ménopause l'ovulation s'arrête et la femme n'a plus de menstruation. En général elle se produit vers 50 ans et se découpe en trois périodes.

La périménopause:

appelée autrefois préménopause (la préménopause étant la période de la puberté à la périménopause) :

C'est la période où il y a irrégularité des cycles menstruels puis arrêt des règles pendant douze mois au moins.

La ménopause :

La sécrétion des œstrogènes (ou estrogènes) et de la progestérone est arrêtée. Elle est constatée rétrospectivement à une aménorrhée de 12 mois ou plus.

La post-ménopause ou ménopause confirmée :

Période qui suit la ménopause, il y a aménorrhée définitive.

Certaines manifestations peuvent être ressentis par les femmes. Les troubles les plus fréquemment citées sont :

  • Les bouffées de chaleur et la sueur nocturne : à la ménopause il y a diminution des œstrogènes qui ne sont plus sécrétés par les ovaires. Ce qui peut entraîner des variations de la circulation sanguine, il y a augmentation de la température de la peau, avec parfois des crises de sueur. Les facteurs favorisants sont le stress, les émotions, la chaleur. Quelques fois elles se manifestent uniquement la nuit et conduisent à l'insomnie. 
  • L'insomnie : qui survient souvent au milieu ou à la fin de la nuit et peut être associée aux sueurs nocturnes. Parfois elle laisse une impression de fatigue physique et/ou mental.  
  • La fatigue : notre rythme de vie, les changements auxquels le corps de la femme doit s'adapter engendrent souvent cette fatigue.  
  • La vulnérabilité émotive, la perte de concentration et de mémoire : sont des symptômes qui peuvent être provoqués par le niveau bas d'œstrogène. 
  • La prise de poids : au moment de la ménopause il y a ralentissement du métabolisme, ce qui peut entraîner chez certaines un gain de poids.  
  • La sécheresse vaginale et la diminution de la libido : après la ménopause, la baisse d'œstrogènes a pour effet de réduire le flux sanguin au niveau du vagin et de la vulve. Cela entraîne une réduction de la lubrification et parfois des douleurs pendant les relations sexuelles. La couche qui recouvre le vagin s'affine et des saignements peuvent être constatés après un rapport sexuel. Ces deux conséquences accentuent, chez certaines, une baisse de plaisir.  
  • Les troubles cardio-vasculaires : la femme à beaucoup moins de risque d'infarctus du myocarde que l'homme avant la ménopause, après elle perd le bénéfice de l'effet protecteur des œstrogènes.  
  • L'ostéoporose : la perte de la masse osseuse commence à l'âge de 30 ans chez la femme, lorsque l'œstrogène commence à diminuer l'ostéoporose à tendance à s'accentuer.  
  • Les problèmes urinaires : la femme ménopausée est plus vulnérable aux infections urinaires, mais elle peut aussi ressentir certains symptômes comme un besoin d'uriner plus fréquent, des besoins pressants, la nécessité d'uriner souvent la nuit ou une sensation de brûlure au passage de l'urine. C'est également la période de la vie de la femme où l'on enregistre le plus d'incontinences urinaires liées à l'effort. Avec l'âge, l'appareil urinaire vieillit comme le reste du corps, les sphincters et les muscles du plancher pelvien s'affaiblissent. Le bouleversement hormonal peut également accélérer ce vieillissement.  
  • Les troubles anorectaux : La présence de récepteurs œstrogéniques et progestatifs dans le tissu du canal anal démontre que cette région est un organe cible de ces hormones, leurs variations peuvent influencer la fonction anorectale. L'incontinence anale est plus fréquente chez la femme et augmente après la ménopause.

 Le 18 décembre 2009 Eliane Lavergne Orthopédiste-orthésiste

Cet article ne peut en aucun cas remplacer le diagnostic de votre médecin généraliste ou pédiatre, urologue, gastro-entérologue, proctologue, gynécologue, … qu'il est fortement conseillé de consulter en cas d'incontinence.